« Il faut prendre soin de la solidarité ! »

17/12/2018 Contributions aux news de: Jacqueline Forster

Cela fait 100 jours que le nouveau directeur de Transfusion CRS Suisse, Bernhard Wegmüller, a pris ses fonctions. Dans un entretien, il nous révèle quelles sont ses priorités et ce qui le touche le plus.



L’horloge accrochée au mur attire immédiatement le regard. Il faut être doué en mathématiques pour lire l’heure. Bernhard Wegmüller nous en explique les douze formules faisant office de chiffres. Les mathématiques n’ont pas de secret pour le docteur en biochimie.

Environnement dynamique
Transfusion CRS Suisse remplit deux missions essentielles. Conjointement avec les services régionaux de transfusion sanguine, l’organisation assure l’approvisionnement des hôpitaux en préparations sanguines. Dans le secteur Swiss Blood Stem Cells (SBSC), elle gère le Registre suisse des donneurs de cellules souches du sang, recrute et transmet les donneurs de cellules souches du sang de Suisse pour des patients de Suisse et de l’étranger.

« Cet aspect médico-scientifique est très intéressant et extrêmement dynamique et j’en apprends tous les jours à ce sujet », souligne Bernhard Wegmüller. Dans les deux secteurs d’activité – don de sang et don de cellules souches du sang -, les connaissances ne cessent de s’enrichir, notamment sur de nouvelles thérapies et de nouvelles sources de danger comme le virus du Nil occidental ou le virus de l’hépatite E. « Offrir des prestations dans ce domaine est passionnant. »

Eloge des services régionaux de transfusion sanguine
La priorité de Transfusion CRS Suisse va à la sécurité des patients et des donneurs, qui englobe tant la santé des intéressés que la sécurité de l’approvisionnement. De tout temps, le secteur du sang a dû veiller à garantir l’approvisionnement en sang sans gaspiller de précieuses conserves de sang. Le nouveau directeur peut se reposer pour cela sur la longue expérience des onze services régionaux de transfusion sanguine de Suisse. « Ils accomplissent un travail très précieux, justement parce qu’ils sont si bien implantés au niveau régional. »  

Pour ce qui est du secteur du don de cellules souches du sang, Bernhard Wegmüller peut également s’appuyer sur une base solide : « Les donneurs suisses sont demandés dans le monde entier », dit-il. « Pour nous maintenir parmi les meilleurs registres au monde, il faut conserver un pool de bons donneurs appropriés. » Sont avant tout visés ici les hommes jeunes âgés de 18 à 40 ans, en raison des dernières découvertes scientifiques.

Par ailleurs, tout en surmontant ces multiples difficultés médicales, il faut maîtriser les coûts. « C’est un véritable défi », reconnaît Bernhard Wegmüller. « Médicalement, nous sommes à la pointe du progrès – et nos prestations devraient être avantageuses. Car nous ne pouvons pas alourdir encore les primes des caisses-maladie. » Les innovations constantes dans les procédés de production, les analyses de laboratoire et les technologies de l’information obligent à vérifier en permanence les structures en place.

Histoires de patients bouleversantes
Derrière ces faits se cachent des histoires humaines. Pendant ses 100 premiers jours, Bernhard Wegmüller a visité les centres de transplantation de Genève, Bâle et Zurich ainsi que l’hôpital pédiatrique de Zurich. « Cela est émouvant. » Il a été très touché par les malades, en particulier par les enfants, dont certains passent des mois à l’hôpital. « Je suis impressionné. Penser à ces gens me motive chaque jour dans mon travail. » Il salue le dévouement de la population suisse : « La solidarité dans notre pays est exemplaire. Le don fait appel au volontariat et la solidarité est immense. Il faut prendre soin de cette solidarité. »

L’heure passe, Bernhard Wegmüller jette un regard sur l’horloge mathématique. « Un cadeau de mes enfants », dit-il avec un sourire qui exprime tout l’attachement qu’il porte à sa famille.

www.sqs.ch www.zewo.ch wmda
 
DONNER LE SANG SAUVER DES VIES