Ma mi-temps chez Transfusion CRS Suisse – en tant qu’apprenti employé de commerce

18/10/2018 Contributions aux news de: Ismet Gökcen 0 Kommentare

J’ai l’impression que c’est hier que j’ai postulé à une place d’apprentissage chez Transfusion CRS Suisse mais cela remonte à deux ans déjà.

C’était la fin mars 2016 et j’avais presque renoncé à continuer de chercher une place d’apprentissage. A ce moment-là, j’avais déjà envoyé entre 60 et 80 postulations à différentes entreprises, qui avaient toutes répondu par la négative. J’étais passablement découragé et sur le point de m’inscrire dans une école privée quand j’ai reçu un appel d’un numéro inconnu. Il s’agissait de Marcela, qui me conviait à un entretien de recrutement. En arrivant dans le bureau et en voyant les deux dames qui allaient me faire passer l’entretien, je suis devenu très nerveux. Pour le jeune ado alors timide, réservé et en pleine puberté que j’étais, cette situation était très difficile mais je ne sais comment, j’ai réussi à mener à bien l’entretien avec ces jeunes dames, de sorte qu’elles m’invitèrent à une journée de stage. J’en suis ressorti optimiste, avec le sentiment que j’obtiendrais la place d’apprentissage. Ce qui s’est confirmé une semaine plus tard avec un appel de Marcela.

Nous sommes maintenant à l’été 2018 et cela fait deux ans que je suis chez Transfusion CRS Suisse. Le passage du rythme scolaire à celui d’apprenti employé de commerce fut compliqué et j’avais de la peine à m’y faire. Mais on finit par s’y habituer, comme à tout ce qu’on ne peut pas changer dans la vie .

Au cours de ces deux ans, j’ai beaucoup appris sur le don de cellules souches du sang et le don de sang, sur la manière de rédiger des textes et de mener des entretiens, d’archiver des dossiers et de rédiger les procès-verbaux de séances et bien plus encore. Mais j’en ai aussi beaucoup appris sur moi-même. Peut-être est-ce normal d’apprendre à se connaître en prenant de l’âge. Le jeune homme que j’étais il y a deux ans n’existe plus que dans mes souvenirs.

Pendant les 24 derniers mois, j’ai travaillé dans quatre divisions avec sept maîtres d’apprentissage et une vingtaine de collègues. Chacun d’entre eux a sa personnalité propre et on apprend à s’adapter à chacun. C’est l’un des grands avantages de l’apprentissage car cette compétence ne s’acquiert pas à l’école.

Ils sont nombreux à me demander ce que j’aimerais faire après l’apprentissage et je donne à chaque fois une réponse différente ; que je poursuivrai avec une maturité professionnelle, que je continuerai comme employé de commerce en suivant une formation continue ou encore que je partirai à l’étranger pour un séjour linguistique. Qui sait ce que l’avenir nous réserve… Le présent m’occupe beaucoup trop aujourd’hui pour que je me soucie du futur.

Commentaires

Ecrivez un commentaire

www.sqs.ch www.zewo.ch wmda
 
DONNER LE SANG SAUVER DES VIES