« J’aurais pu tout aussi bien écrire une chanson »

Pour son travail d’école de culture générale, Marion Schläpfer a organisé une action d’enregistrement de donneuses et donneurs de cellules souches du sang à Saint-Gall. De A à Z. Nous y étions.

 


Peu avant 11h, la salle de cours de physique du collège Brühl à Saint-Gall est prête : Quelques tables ont été déplacées et couvertes de prospectus, questionnaires et stylos. On peut commencer.

Marion Schläpfer est un peu nerveuse. Cela fait des mois qu’elle étudie le thème du don de cellules souches du sang pour son travail de certificat d’école de culture générale. En fait partie le volet pratique mis sur pied aujourd’hui, en l’occurrence l’organisation et la réalisation d’une action d’enregistrement. La jeune collégienne de 18 ans espère que ses condisciples ne l’oublieront pas et qu’ils apparaîtront aux heures fixées dans la salle de cours de physique.

 

Elèves consciencieux

Matthias Gabathuler, directeur de l’école, figure parmi les premiers visiteurs et se fait enregistrer. De même, une professeure de biologie du collège et référente du travail de Marion, Claudia Fauquex, est présente et surveille le début de l’action. Peu à peu, les élèves arrivent, en bon ordre et en bon nombre à chaque pause de manière à avoir assez de temps pour remplir le questionnaire, procéder au prélèvement de muqueuse buccale avec les coton-tiges et répondre aux questions.

Les jeunes lisent soigneusement la documentation soumise. Ils sont venus par solidarité envers Marion mais aussi parce qu’ils pensent que le don de cellules souches du sang est une bonne chose. A l’instar de Marion.
  

 

« Pour mon travail de certificat, j’aurais pu tout aussi bien écrire une chanson. Mais je voulais faire quelque chose d’utile, rédiger un mémoire qui sera encore d’actualité dans quelques années », déclare la collégienne pour expliquer sa motivation. Désireuse de se tourner vers une profession médicale, elle a naturellement sélectionné un thème médical. Elle n’avait jamais entendu parler du Registre suisse des donneurs de cellules souches du sang ni du don de cellules souches du sang jusqu’au jour où elle a découvert sur Instagram une vidéo de l’humoriste bernois du web Gabirano, ambassadeur du don de cellules souches du sang. Marion a immédiatement compris qu’elle avait trouvé là son sujet.

 

Planification jusque dans le moindre détail

Il est maintenant près de 14h. Quelques élèves se présentent encore dans la salle de cours de physique. La marraine et le frère de Marion sont aussi venus, il ne manque que son cousin. « Je dois rendre mon travail en octobre et j’ai encore beaucoup à faire d’ici là » précise la collégienne. Elle approfondit le thème et veut comprendre pourquoi certaines personnes ne veulent pas s’inscrire au registre des donneurs. Il lui reste de nombreux entretiens à mener. Elle projette de collecter des fonds au sein de l’association des anciens élèves de l’école pour couvrir au possible les frais d’enregistrement résultant de l’action. Marion Schläpfer a pensé à tout et réussi à convaincre tout le monde. Son cousin arrive finalement peu avant la clôture de l’action pour se faire enregistrer.

Les tables et les chaises de la salle de classe sont remises en place. Marion Schläpfer est soulagée et satisfaite. L’action d’enregistrement a été un succès total. Objectif rempli.

www.sqs.ch www.zewo.ch wmda
 
ENSEMBLE CONTRE LA LEUCÉMIE