DATES DE COLLECTE DE SANG

GLOSSAIRE SUR LE DON DE SANG

Principal système de groupes sanguins.

Agrégation de globules rouges dans un test de laboratoire.

Protéine plasmatique qui transporte les éléments nutritifs et prévient la perte hydrique.

 

Tissu identifié par notre système immunitaire comme lui étant étranger et qui conduit à la formation d’un anticorps spécifique.

 

Protéine (immunoglobuline, partie de notre système immunitaire) née en réaction à la présence d’un antigène.

 

L’aphérèse ou – hémaphérèse - est un procédé qui permet d’isoler hors du corps des composants sanguins particuliers, comme des cellules du sang ou du plasma sanguin. Le donneur est alors rattaché à une machine d’aphérèse par un cathéter veineux posé sur son bras. Le sang est prélevé d’un bras, acheminé au moyen d’un système de canules stériles vers la machine d’aphérèse dans laquelle est opérée la séparation des cellules. Tous les composants sanguins non requis sont réinjectés dans l’organisme du donneur.

 

Vaisseau sanguin qui part du cœur et transporte le sang riche en oxygène dans la circulation sanguine. La circulation pulmonaire constitue l’exception. Les artères y acheminent du sang pauvre en oxygène.

 

Faible taux d’hémoglobine dans le sang. Egalement anémie.

Don de sang pour soi-même.

Maladie héréditaire due à un manque de certains facteurs de coagulation. Le sang de l’intéressé coagule très lentement, voire pas du tout.

 

Liquide du sang contenant tous les facteurs de coagulation, contrairement au sérum sanguin.

 

Produit résultant du plasma sanguin débarrassé en tout ou en grande partie des facteurs de coagulation (=après que la coagulation a eu lieu dans le plasma sanguin).

 

Antigènes à la surface des globules rouges.

Les cellules sanguines se répartissent en trois types principaux:

  • Globules rouges (érythrocytes) – chargés du transport de l’oxygène
  • Globules blancs (leucocytes) – déterminants pour la défense contre les infections
  • Plaquettes sanguines (thrombocytes) – hémostase, coagulation

 

Durée s’écoulant entre l’entrée d’un agent pathogène dans l’organisme et le moment où le germe (ou les anticorps correspondants) peut être dépisté à l’aide d’une technique appropriée.

 

Réaction locale ou systémique de l’organisme par exemple à un agent pathogène/une infection ou une irritation. Lors d’une inflammation locale, une grande quantité de globules blancs s’agglutinent au même endroit, celui-ci rougit, devient douloureux et enfle.

 

Globules rouges: cellules sanguines dépourvues de noyau assurant le transport de gaz. Ils contiennent l’hémoglobine, pigment du sang, qui transporte l’oxygène dans l’organisme et élimine le CO2.

 

Tissu filamenteux issu du fibrinogène lors de la coagulation sanguine et qui dépose un filet sur la blessure. Forme la croûte de sang avec les thrombocytes, les leucocytes et les érythrocytes.

 

Globules blancs qui reconnaissent un agent pathogène après plusieurs intrusions et qui peuvent de ce fait produire immédiatement des anticorps.

 

Protéines chargées de la coagulation sanguine et, par-là, de l’arrêt d’une hémorragie.

 

Sous-groupe de leucocytes qui s’activent en cas d’infections et d’inflammations.

 

Globules blancs organisant l’immunité spécifique.

 

Technique de prélèvement à l’aide d’une machine spéciale qui sépare les composants sanguins et permet de sélectionner ceux dont a besoin le patient. Les autres composants sanguins sont immédiatement réinjectés dans la circulation sanguine du donneur. Il existe différents types de don par hémaphérèse : la plasmaphérèse, la thrombocytaphérèse et les aphérèses combinées (p. ex. plasma et plaquettes sanguines).

 

Ce pigment est le principal ingrédient des globules rouges et a la propriété de se lier à l’oxygène (O2) et au dioxyde de carbone (CO2). Il permet aux globules rouges de transporter l’oxygène des poumons à toutes les cellules de l’organisme où ils vont alors se charger de dioxyde de carbone et le rapporter aux poumons. Le taux d’hémoglobine moyen est plus élevé chez l’homme que chez la femme, d’où une différence entre les valeurs minimales admises pour le don de sang : 135g/l pour l’homme et 125g/l pour la femme.

 

Système de surveillance englobant toute la chaîne transfusionnelle, saisissant et analysant les événements inattendus ou indésirables avant, pendant et après l’administration de produits sanguins labiles dans le but d’éviter leur apparition ou leur répétition.

 

Inflammation du foie (Jaunisse).

Le virus d’immunodéficience humain (VIH) peut être transféré par le sang (très rare), l’injection de drogues, des rapports sexuels ainsi que de la mère à son fœtus. La période s’écoulant entre la contamination par le VIH et l’apparition des symptômes puis l’éclosion de la maladie (sida) peut être plus ou moins longue. La maladie peut être traitée mais pas guérie. Les progrès thérapeutiques récents ont considérablement rallongé l’espérance de vie (voire même normalisé la vie) des séropositifs. Depuis 1985, chaque don de sang est systématiquement testé.

 

Anticorps présent dans le plasma sanguin.

 

Vaisseaux sanguins les plus fins.

 

Sous-groupe de globules blancs qui tuent les cellules atteintes par des agents pathogènes ou les cellules cancéreuses.

 

Protéines mêlées à des lipides présentes dans le plasma et chargées du transport de lipides et de cholestérol.

 

Nommés également globules blancs. Il faut distinguer trois sous-groupes :

  • les granulocytes s’activent lorsque survient une infection ou une inflammation.

  • les monocytes (ou macrophages) sont des « cellules géantes gloutonnes » qui absorbent les agents pathogènes et cellules mortes environnants et les digèrent.

  • les lymphocytes constituent le cœur du système immunitaire et remplissent deux fonctions essentielles: Ils forment des anticorps ciblés contre l’envahisseur et possèdent une mémoire qui leur rappelle les agents d’infections antérieures. 

Elimination de globules blancs dans le sang. Grâce à la déplétion leucocytaire, le receveur de transfusion sanguine court moins de risques de faire une réaction transfusionnelle et d’être contaminé par certains agents pathogènes.

 

 

Capture et ingestion de particules solides dans la cellule.

 

Système d’antigènes présents sur les globules rouges. Doit être pris en compte lors des transfusions sanguines. Il constitue le deuxième plus grand système de groupes sanguins.

 

Maladie sexuellement transmissible, connue depuis l’Antiquité, dont l’agent (treponema pallidum) se trouve dans le sang quelques heures déjà après la contamination. Dans de rares cas, l’agent de la syphilis peut se transmettre par transfusion. C’est pourquoi il est dépisté dans chaque don de sang mais il se détruit après plus de 72 heures de stockage du sang à une température de 4°C. La maladie se traite efficacement avec des antibiotiques.

 

Occlusion d’un vaisseau sanguin par un caillot sanguin.

 

Administration de sang. (remarque: administration de liquides = perfusion).

Très petits globules sanguins dépourvus de noyau et nés de cellules particulières de la moelle osseuse (mégacaryocytes). Sont aussi appelés plaquettes sanguines et se collent à la paroi de vaisseaux sanguins blessés pour empêcher la perte de sang. Ils permettent de coaguler le sang et de former une croûte.

 

Vaisseau sanguin menant au cœur. Dans la circulation sanguine, la veine transporte du sang pauvre en oxygène. La circulation pulmonaire constitue l’exception. Les veines pulmonaires transportent du sang riche en oxygène.

 

Nouvelle variante de la maladie de Creutzfeld-Jakob. Cette maladie est extrêmement rare mais sa transmission par le sang ou les produits sanguins ne peut toujours pas être définitivement exclue au vu de l’état actuel de la science.

Depuis 1995, plus de 160 cas de la nouvelle variante de la maladie de Creutzfeld-Jakob (vCJD) ont été signalés en Grande-Bretagne, auxquels s’ajoutent 15 cas en France et 1-2 cas dans d’autres pays. Au vu des analyses biochimiques et des expériences sur animaux réalisées, on considère qu’il s’agit d’une transmission de l’agent de l’ESB du bovin à l’homme suite probablement à la consommation de viande contaminée.

La Suisse n’a rapporté à ce jour aucun cas de vCJD ni de contamination par des produits sanguins. 

 

Cellule de l’organisme dans laquelle ont pénétré des agents pathogènes pour s’y reproduire.

 

La maladie provoquée par le virus du Nil occidental a été identifiée en 1937 lorsque son agent a été isolé pour la première fois dans la région du Nil occidental de l’Ouganda. L’agent de cette maladie infectieuse appartient à la famille des flavivirus et est transmis par des moustiques (culex) et parfois par des tiques. La transmission de l’agent n’est pas possible directement entre êtres humains mais la contamination par le sang a été démontrée. A ce jour, il n’existe pas de vaccin ou de médicament contre le virus du Nil occidental.

 

Gain d’énergie dans la cellule par la combustion de glucose et d’oxygène.

www.sqs.ch www.zewo.ch wmda
 
DONNER LE SANG SAUVER DES VIES